Conférence Retraite et Prévoyance des Echos 2011 : un résumé

La première conférence annuelle des Echos retraite et prévoyance a eu lieu à Paris, le 17 mars dernier, et a été largement ciblé sur les impacts de la réforme sur les acteurs de ce secteur. Durant cette conférence, plusieurs points ont été marquants :

Peu de questions posées sur la réforme des retraites, selon la CNAV

La réforme des retraites sera mise en vigueur le 1er juillet prochain. Pour l’occasion, la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) a mis en place un numéro d’appel unique, le 39 60, pour permettre aux futurs retraités de recevoir des réponses à leurs questions.
Mais Pierre Mayeur, directeur général de la CNAV, a constaté que même si le nombre d’appel a augmenté, peu de questions concernant la réforme des retraites sont posées

La retraite sera perçue mensuellement pour les cadres

Jean-Jacques Marette, Directeur général AGIRC-ARRCO, a exposé que, dans deux ou trois ans, la perception des retraites complémentaires AGIRC-ARRCO devrait se faire mensuellement, et non plus trimestriellement.

COPILOR semble être un clone de COR

Le président du COR (Conseil d’Orientation des Retraites), Raphaël Hadas-Lebel, s’est étonné que le COPILOR (Comité de Pilotage des Organismes de Retraites) ressemble un peu à un clone du COR. Il a avancé alors son point de vue : le COR devrait rester dans le domaine de « l’expertise » et le COPILOR dans le domaine du « dialogue » entre les différentes parties prenantes  de la réforme des retraites.

L’emploi des séniors va-t-il progresser ?

Un des défis de la réforme des retraites est, pour 2018, de retrouver à 62 ans les conditions d’emploi actuelles à 60 ans. Selon l’explication de Dominique Libault, du ministère du Travail, la part des séniors au travail dans chaque classe d’âge va se déplacer de deux ans.
Cela requiert donc un changement de mentalité des employeurs et donne une importance aux accords sur l’employabilité des séniors.

Plus de hache de guerre entre capitalisation et répartition, mais…

Ce n’est plus le moment d’attaquer les retraites par répartition. Pour les défenseurs des retraites par capitalisation, ils se contentent des retraites supplémentaires qui s’ajoutent au socle de la retraite de base et des retraites complémentaires par répartition.
Ce sont certainement la crise financière et ses conséquences pour les fonds de pension qui ont contribué à calmer les ambitions des tenants des retraites par capitalisation. Mais seraient-elles ressuscitées par le débat « systémique » sur l’architecture du système de retraite ?

Qu’est ce qui fait vraiment mal sur les retraites chapeau ?

Selon différents spécialistes, ce n’est pas l’augmentation des taxes à payer qui pose le plus de problèmes aux entreprises dans les diverses mesures anti-retraites chapeau.
Arnaud Sangle-Ferrière, directeur grands comptes Epargne et retraite collective de Allianz, relate que c’est le risque d’image qui a poussé certaines entreprises cotées à s’interroger sur ce système. D’un autre côté, il est difficile de gérer l’effet de ce système sur les bénéficiaires qui sont taxés pour les retraites les plus généreuses à 14%.

La réforme des retraites favorise les retraites article 83 et les PERCO

Les salariés peuvent ajouter volontairement de l’épargne personnelle à leur compte dans un contrat article 83 (contrat collectif d’entreprise à cotisations définies). L’intérêt du PERCO est, quant à lui, renforcé avec la possibilité d’y basculer par défaut 50% de la participation si le salarié ne demande pas une autre affectation.

Le risque de poursuite de l’entreprise pour discrimination n’est pas théorique

Pour éviter que les entreprises ne fassent une exception pour une certaine catégorie de personnel, les possibilités de ne pas assurer à tout le personnel le même système de retraite article 83 sont très encadrées.
Les experts de CMS Bureau Francis Lefebvre ont averti les entreprises sur le fait qu’elles pourront réellement être poursuivies pour discrimination. Marie-France Mazars, conseiller doyen de la chambre sociale de la cour de Cassation, a prouvé par le biais d’un exposé combien les procédures et la jurisprudence sont réelles.

L’effet de la réforme des retraites sur les comptes des assureurs et entreprises

Guillaume Leroy, Actuaire associé, Winter & associés, trouve que les retraites supplémentaires à cotisations définies deviennent plus intéressantes pour les bénéficiaires, et les retraites à prestations définies moins coûteuses.
Par contre, les assureurs vont devoir revoir à la hausse les provisions à constituer pour la couverture des salariés en invalidité ou en risque d’invalidité. En effet, les salariés âgés de 60 à 62 ans présentent plus de risque de maladie, d’invalidité ou de décès.

Leave a Reply