Assurance : le chiffre d’affaires en baisse de 8% à fin mars

Les deux principales fédérations d’assureurs, la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema), toutes deux regroupées au sein de l’Association française de l’assurance (AFA) ont publié des chiffres concernant le secteur. Selon l’AFA, le chiffre d’affaires du marché des assurances en France a connu une baisse de 8% à la fin du premier trimestre 2011.

Les souscriptions aux assurances-vie ont considérablement baissé

Il s’avère que la baisse du chiffre d’affaires du marché des assurances serait due à un fort ralentissement de l’assurance-vie. Durant les 3 premiers mois de l’année, l’assurance de personnes, qui inclut l’assurance-vie, a connu un recul de 12%. Et si l’assurance-vie représentait près de 70% des revenus de l’assurance en 2010, celle-ci a baissé de près de 13% durant le premier trimestre 2011.

Ce ralentissement de l’assurance-vie s’ajoute à la baisse des rendements des contrats en 2010, à la tendance à la hausse du taux du Livret A et à la réforme de la fiscalité du patrimoine qui est encore en cours. Dans son communiqué, l’AFA a clairement indiqué que l’assurance-vie a traversé un début d’année difficile, vu les incertitudes sur sa fiscalité.

L’assurance de biens et de responsabilité booste les chiffres

Le ralentissement de l’assurance-vie a terni le bon démarrage de l’assurance de biens et de responsabilité. Sur ces 3 premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires de cette assurance a connu une hausse de 3,5%.

L’envol de l’assurance dommage a été soutenu par la progression de 4,5% de l’assurance automobile et de 6,5% de l’assurance habitation. Cela est dut au fait que l’ensemble des acteurs de l’assurance ont pratiqué depuis le début de l’année des hausses de tarifs, ce qui a profité à l’automobile et à l’habitation.

Selon l’AFA, le secteur n’a connu aucun évènement climatique d’envergure durant le premier trimestre 2011, contrairement aux deux années précédentes. Aux yeux de l’association, ceci se révèle être une bonne nouvelle, étant donné les mauvais résultats techniques qui avaient poussé les acteurs de la profession à pratiquer des hausses de tarifs dans un environnement très concurrentiel.

Un seul point a été soulevé par l’AFA : la hausse de 10,4% des cambriolages des résidences principales en ce premier trimestre qui va se répercuter sur les fréquences des sinistres en habitation.

Leave a Reply