Se méfier des compléments alimentaires ?

Officiellement, les compléments alimentaires sont définis comme étant destinés à compléter une alimentation normale dans le seul but de prévenir une carence (réelle ou supposée) en un nutriment donné. Or, le marché est actuellement débordé de produits appelés abusivement « compléments alimentaires », des nutriments qui possèderaient des propriétés particulières et avec lesquels les ménages complètent leur alimentation afin de vivre plus vieux, de prévenir des maladies, de courir plus vite, …

Les risques de la consommation courante des alicaments ou des neutraceutiques au sein des ménages ont alors été évalués par une nouvelle structure, dépendante de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). 60 cas d’effets indésirables des compléments alimentaires ont été identifiés par cette nouvelle structure, en seulement un an de vigilance. En réalité, ces cas identifiés sont beaucoup moindres si l’on écarte les accidents liés à l’homonyme de produits entre un complément alimentaire et un médicament.

Quels sont les problèmes inhérents à ces compléments alimentaires ?

Certains compléments alimentaires, principalement ceux venus d’Extrême-Orient, sont infectés de métaux lourds, tandis que d’autres – probablement le tiers des produits vendus en Amérique du Nord – renferment des produits cachés qui ne sont mentionnés ni sur l’emballage ni dans la notice. Comme produits cachés, on peut citer des anabolisants stéroïdiens et éphédrine pour les produits supposés améliorer la performance, des amphétamines et diurétiques pour les produits censés faire maigrir, etc. Une méfiance s’impose donc dès qu’il s’agit de produits vendus sur Internet par des sociétés non connues.

Pour certains soi-disant compléments alimentaires, ils sont dangereux par eux-mêmes : tel est le cas du Kava Kava qui était à l’origine de nombreux cas de maladie du foie. La confusion, intentionnelle ou non, entre deux produits peut également être source de danger : c’est le cas par exemple de nombreux cas d’insuffisance rénale sévère provoqués par un célèbre produit amaigrissant à base d’une plante chinoise mais qui s’avérait contenir une autre. Il faut savoir que chez une plante, il se peut que la molécule présente dans sa racine soit intéressante et celle dans sa feuille toxique.

Toutefois, certains compléments alimentaires peuvent être très utiles, voire indispensables, devant certaines circonstances. Le mieux serait donc d’utiliser des produits sûrs dans des circonstances validées.

Leave a Reply