L’ambroisie, une plante allergisante, est placée sous surveillance santé

L’ambroisie, Ambrosia artemisiifolia, est une espèce de plante dont le pollen des fleurs est allergisant. Elle peut provoquer des conjonctivites, rhinites, urticaire ou autres symptômes de nature allergique.

L’Ambrosia artemisiifolia se développe notamment sur les terrains vagues, les friches, les bords de route et tout milieu riche (terres agricoles, espaces publics verts, berge de rivière, …). Etant une plante annuelle, son cycle biotique commence au printemps. La germination des graines souterraines survient en avril-mai, et la plante débute sa floraison à partir de la mi-juillet et début août. Selon les conditions climatiques, la pollinisation se passe d’août à septembre et la période de réensemencement en octobre-novembre.

Notons que les problèmes d’allergie apparaissent avec seulement une proportion de 5 grains de pollen par m3d’air. Or, le nombre de grains de pollen qu’un seul pied d’ambroisie peut atteindre 3.000 jusqu’en octobre-novembre, période durant laquelle les graines tombent et s’ensemencent.

Un observatoire d’ambroisie

L’ambroisie a été importée du continent nord-américain en 1863, et elle a déjà commencé, à cette époque, à envahir la France. Au début, cette plante a été cloitrée dans la région Rhône-Alpes, mais peu à peu, elle a envahi les régions voisines, et même au-delà. L’invasion touche actuellement une grande partie des régions centre à centre-est : Aquitaine, Bourgogne, Midi-Pyrénées, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes.

Avant, seuls le vent et quelques insectes ou oiseaux ont transporté le pollen. Mais actuellement, avec les moyens de transport modernes, la propagation des grains de pollen s’étend sur une grande surface géographique.

Trois ministères (Santé, Agriculture et Ecologie) ont alors mis en action, dès jeudi 21 juillet dernier, un observatoire d’ambroisie qui a pour principal objectif de lutter contre l’invasion de l’ambroisie, de stopper ou de ralentir la progression de ces plantes. Il existe plusieurs espèces d’ambroisie, mais il s’agit surtout de l’ambroisie à feuilles d’armoise, appelée aussi ambroisie élevée ou herbe à poux.

Cet observatoire d’ambroisie va donc répertorier les sites où la population est exposée au pollen d’ambroisie. D’après les sources ministérielles, entre 6 et 12% de la population exposée ont des symptômes allergiques. D’ailleurs, la Fédération des conservatoires botaniques nationaux (FCBN) a publié en ligne, depuis avril dernier, une cartographie hexagonale de présence de l’ambroisie.

Leave a Reply