L’Afssaps pointe du doigt la pilule Alli et le Xenical

Dans une récente alerte de sécurité, l’Afssaps souhaite mettre en garde les médecins et les patients contre le risque d’atteintes hépatiques, un risque rare mais grave, lié au traitement par orlistat.

Chez des patients traités par orlistat, l’on a rapporté plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques, dont certains cas ont conduit à une transplantation hépatique, voire au décès du patient. Même s’il est encore difficile d’établir le lien de causalité avec l’orlistat, on ne peut pas l’exclure totalement.

Ainsi, devant la gravité de ces effets hépatiques, l’Agence Européenne du médicament (EMA) a décidé de mener une évaluation des effets indésirables rapportés avec l’orlistat et de réévaluer le rapport bénéfice/risque de deux médicaments, l’Alli et le Xenical. En effet, ces deux médicaments, qui sont indiqués dans le traitement du surpoids ou de l’obésité, sont les seuls en France à contenir cette substance.

En France, c’est GlaxoSmithKline Santé Grand Public qui a commercialisé l’Alli, depuis mai 2009. Accompagné d’un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses, l’Alli est utilisé dans le traitement du surpoids chez l’adulte. Comme ce médicament n’est pas soumis à la prescription médicale, les pharmaciens peuvent le délivrer sans ordonnance à tout patient qui le demande. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Alli a toujours été, depuis sa commercialisation, suivi en termes de pharmacovigilance.

Quant au Xenical, c’est Roche qui l’a commercialisé en France depuis septembre 1998. En association à un régime modérément hypocalorique, le Xenical traite l’obésité ou le surpoids associé à des facteurs de risques. Mais contrairement à l’Alli, ce médicament n’est délivré que sur ordonnance.

Leave a Reply