Santé : un Français sur 3 prêts à lâcher leur assurance

A cause de la crise, les Français deviennent de plus en plus inquiets pour leurs dépenses de santé. Et si l’augmentation des tarifs des complémentaires santé est trop élevée, certains Français sont prêts à se passer d’assurance.

Si la santé est la première des préoccupations des Français, ce sont les dépenses engendrées par la santé qui les inquiètent de plus en plus. Selon le baromètre annuel LH2 pour la mutuelle AG2R La Mondiale, 65% des Français – contre 56% l’année dernière – estiment que la qualité de vie est d’abord fonction des ressources financières.

Apparemment, les soucis financiers se développent de plus en plus chez les moins de 65 ans. Désormais, 21% des personnes interrogées se préoccupent de la question du niveau de vie et 19% ont peur de ne pas disposer suffisamment de moyens financiers pour se soigner, contre seulement 13% il y a de cela quatre ans. Par rapport à ces risques immédiats, la préoccupation pour la dépendance a diminué, mais elle reste toujours parmi les soucis (47% cette année contre 61% en 2007 et 2008).

Détérioration du système de soins

Le système de soins actuel semble ne pas apaiser les craintes des Français : 74% des Français trouvent leur système de soins se détériorer (contre 69% l’année dernière et 61% il y a quatre ans), et 86% estiment être moins bien pris en charge par la Sécurité Sociale concernant leurs dépenses de santé (contre 79% il y a quatre ans).

Or, force est de constater que les complémentaires santé n’en sont pas vraiment la solution, étant donné que presque la moitié des personnes interrogées (48%) souhaiteraient faire progresser la prise en charge de la Sécurité Sociale en procédant à une augmentation des cotisations sociales. Le quart des sondés seulement sont pour une augmentation des cotisations des complémentaires santé. Les Français sont même 32% à affirmer qu’ils seraient disposés à renoncer à leur complémentaire santé si le tarif de celle-ci s’élève exagérément.

Selon l’explication du directeur marketing d’AG2R La Mondiale, Jean-François Ropelewski, les assurés étaient, jusqu’à présent, en recherche d’un certain niveau de garantie avant tout. Mais actuellement, ils fixent leur budget maximum pour ensuite ne souscrire que les garanties correspondant à ce prix.

Et dans le cas où la complémentaire santé ne devait couvrir qu’un seul type de risque, 42% des sondés opteraient à priori pour le risque le plus coûteux, l’hospitalisation, contre 28% pour le dentaire/optique et 27% pour les frais de médecine et pharmacie.

Leave a Reply