Mutuelles santé : pour une limitation des renoncements aux soins ?

Les mutuelles santé et la Couverture maladie universelle (CMU) joueraient un rôle important dans la limitation des renoncements aux soins, sujet en plein effervescence en ce moment. Pour l’année 2008, le renoncement aux soins aurait touché 15,4% des Français, et de plus en plus de femmes.

Mais qu’est ce qui favorise le renoncement aux soins ?

L’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) a récemment publié une étude qui expose deux formes de renoncements aux soins : celui provoqué par des contraintes et celui découlant de la propre volonté de l’assuré.

Pour la première forme de renoncement aux soins, les contraintes sont le plus souvent d’ordre financier. Faute de moyen, l’assuré renonce à se soigner. Il y a donc dans ce cas là un rapprochement des ressources de l’assuré et les tarifs des soins de santé, les dépassements d’honoraires, …
La seconde forme de renoncement aux soins concerne, quant à elle, tout assuré choisissant de son plein gré de renoncer aux soins, quel que soit la raison de sa décision.

D’un autre côté, selon le journal Marianne2, plusieurs éléments s’associent pour alourdir le renoncement aux soins : les honoraires pratiqués par les médecins libéraux sont exorbitants, provoquant ainsi un reste à charge trop élevé, il existe des inégalités géographiques dans l’exercice de la médecine, les tarifs des mutuelles santé ne cessent d’augmenter, …

Quel rôle jouent les mutuelles contre le renoncement aux soins ?

Le 22 novembre dernier, le ministère de la Santé a organisé un colloque sur la thématique du renoncement aux soins.

Résultats de ce colloque : les organismes de mutuelle santé et la CMU interviennent largement pour contrer le renoncement aux soins. Ce sont particulièrement les bénéficiaires de la CMU-Complémentaire qui préfèrent se passer des soins de santé, faute de moyens notamment. Toutefois, sans cette aide, on aurait enregistré le double de ce taux de renoncement.

Leave a Reply